samedi 23 juin 2012

Projet d'été : lire de la poésie

Lire nourrit, enrichit l’écriture. On ne devrait lire que les livres qui nous obligent à les relire, disait Gabriel García-Márquez. Un projet pour l’été : écrire, mais aussi lire des haïkus, lire de la poésie.

Dany Laferrière, dans L’art presque perdu de ne rien faire, nous dit ceci :

«L’art de lire la poésie. Voilà une chose dont on ne parle presque jamais et qui devrait faire partie de notre mode de vie urbain : la lecture de la poésie. Depuis qu’on a quitté la campagne pour cette vie accélérée, la lecture de la poésie est devenue aussi essentielle que l’oxygène. Les médecins auraient dû prescrire la poésie comme traitement contre le stress. Si les poètes emblent si angoissés, c’est pour que leurs lecteurs puissent mieux respirer. D’abord un conseil : ça ne se lit pas comme un roman. Chaque poème est autonome. Prenez deux poèmes par jour : un le matin et un autre le soir. Trouvez un vers qui vous plaît et ruminez-le durant toute la journée jusqu’à ce qu’il s’incruste dans votre chair. »

Souhaitons-nous de belles lectures !

Source : Dany Laferrière , L’art presque perdu de ne rien faire. Montréal, Boréal, 2011, p. 232.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire