vendredi 14 juin 2013

Tankas

Un tanka est un poème d’inspiration japonaise, comme le haïku, non rimé, comportant 31 syllabes, qu’on dispose le plus souvent, en français, sur cinq lignes. Le tanka est l’ancêtre du haïku. Il caractérise, au Japon, la période de Heian (794-1185), qu’on peut traduire par « paix ». À cette époque, la cour impériale japonaise, qui est à son apogée, est célébrée notamment dans la littérature, par le tanka. On considère toujours le tanka classique comme la forme la plus élevée de la poésie japonaise. Et les membres de la famille impériale continuent, encore aujourd’hui, d’écrire des tankas, en particulier lors d’occasions spéciales, comme le nouvel an.

Sommairement, le tanka est construit en deux parties : la première, formée de 3 vers de 5-7-5 syllabes, semblable au haïku, et une seconde partie, formée de 2 vers de 7-7 syllabes, qui vient répondre à la première partie du poème. Tandis que le haïku se base sur le réel et l’objectivité, le tanka fait appel aux sentiments. Amour, tendresse, solitude, mélancolie sont traités tout en conservant la concision, la musicalité, le pouvoir d’évocation, si chers à la poésie japonaise.

Voici quelques tankas, écrits par Yosano Akiko (1878-1942) :


Les cheveux dénoués
Dans la douceur de la pièce
Le parfum des lis
Je crains qu’ils ne disparaissent
Rouges pâles dans la nuit

La couleur pourpre,
A qui la raconter ?
Tremblements de sang,
Pensées émues de printemps,
En pleine floraison la vie !

Pluie fine soudain
Sur les feuilles de lotus blancs ;
Tu peins près de moi,
Au creux d’une petite barque
Sous l’aile de mon parapluie

Dans les tons de mauve
Sur les petites herbes
Tombe mon ombre ;
Vent de printemps sur les champs
Lisse au matin mes cheveux

De soie légère
Sa manche longue de deux pieds
D’où ruisselle
Une rivière de lucioles
Dans le bleu du vent du soir




Pour poursuivre la réflexion :
Anthologie de la poésie japonaise classique. Édition de G. Renondeau. Paris, Gallimard, 1971.
Yosano Akiko, Cheveux emmêlés, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire