jeudi 31 mai 2012

Après le livre

« L’histoire de la peinture regorge de représentations de l’atelier du peintre. L’atelier de l’auteur, c’est son site Web. » François Bon, Après le livre, Éditions du Seuil, 2011, p. 213.

Pour François Bon, écrivain engagé dans l’avancée des technologies numériques, nous sommes déjà à l’époque d’après le livre. Pour lui, ce que change Internet, ce n’est pas le rapport au livre, c’est le rapport au monde. Les nouvelles technologies ont une influence sur notre manière de lire, d’écrire, d’interagir avec notre environnement. Nous sommes actuellement dans une période de transition. Le livre papier et le livre numérique coexistent, mais pas pour longtemps. Dix ans, quinze ans peut-être… « Ce qui s’amorce est tout aussi irréversible et total que les précédentes mutations de l’écrit, et des usages et formes de lecture que chacune a initiés. » (p. 270)

Cette mutation irréversible vers ce qu’on appelle la dématérialisation affecte même la trace des écrits que nous laissons. Les brouillons, les archives n’existent déjà plus en version papier. Les supports utilisés actuellement pour enregistrer ces contenus seront-ils illisibles demain ? N’ayant plus de trace manuscrite ou tapuscrite, le site Internet devient archive vivante.

Pour François Bon, le numérique favorise le regain des formes brèves dont le haïku, le fragment, mais aussi l’apparition d’autres formes dont l’existence même est tributaire de la technologie, comme le message Twitter ou le billet de blogue. Plus besoin de faire long comme Proust ou Balzac, quand les récits ou les poèmes s’inventent « selon l’ergonomie neuve de nos formes de lecture » (p. 31). L’écrivain d’aujourd’hui est un blogueur ou un édimestre. Un concepteur de contenus Web. Quand François Bon nous dit que « le centre de gravité de l’œuvre Web, c’est le Web lui-même » (p. 259), ne nous dit-il pas autrement ce que Marshall McLuhan disait en 1964 : le médium est le message ?

Après le livre est un recueil de textes de réflexion parus, depuis 2010, dans le site de l’auteur. François Bon anime plusieurs plateformes numériques, dont www.tierslivre.net et la coopérative d’édition numérique www.publie.net Il nous propose, dans ses chroniques visionnaires, un aperçu fort stimulant des mutations déjà à l’œuvre. À lire, dans l’ordre ou le désordre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire